Espèces botaniques utiles dans la lutte biologique

La préservation de l’environnement par la réduction de l’effet de serre aux fins de maintien de la salubrité des eaux souterraines constitue une lutte de longue haleine pour tout amoureux de la nature.

Si les industriels ne cessent de progresser vers la réduction de la consommation énergétique et le traitement des eaux usées, le monde végétal contribue à cette lutte par la limitation d’usage des traitements chimiques.
La lutte biologique fait référence à différents procédés naturels pour limiter la prolifération des insectes ravageurs et les maladies.

L’utilisation de pesticides naturels est de ce fait partie des techniques de lutte biologique.

En savoir plus...

Les insecticides et insectifuges biologiques

Les plantes pesticides dénombrent diverses espèces arbustives ou herbacées et agissent sur les insectes de différentes manières : elles peuvent être anti-appétantes ou répulsives.
Elles constituent même des insecticides naturels.

Quelle est la différence entre insectifuge et insecticide ?

Si les insectifuges disposent d’effet répulsif d’insectes, les insecticides les anéantissent.

De ce fait, les espèces insecticides à l’exemple du Pyrèthre présentent une toxicité plus élevée que même certaines plantes ne supportent pas.
Ces espèces se cultivent de manière ciblée de sorte à ne pas éliminer dans la foulée, les insectes butineurs.

D’un autre côté, les espèces insecticides ont des effets modérés sur les insectes.
Elles permettent de ce fait, de maintenir l’équilibre écologique de notre écosystème.
Arbres, arbustes ou herbacées, nombreuses sont les espèces qui nous sont utiles dans la culture ou le jardinage biologique.

Si les Alliacées sont les plus connues, les espèces d’Artemisia sont tout aussi efficaces.
Plante d’une toxicité moyenne, on cultive l’absinthe et l’armoise annuelle à 1 m du potager afin d’éviter tout risque d’intoxication des espèces potagères.
Un seul pied est en général largement suffisant. Par ailleurs, au verger, on les cultive au pied des  arbres fruitiers.

Tout en restant esthétique, le souci officinal se cultive en bordure de potager mais peut aussi se combiner avec les  haricots, fraisiers et tomates. Les espèces arbustives comme l’Asiminier, le margousier et le neem sont aussi efficaces en plante de bordure.
Sur des terrains de plus grande superficie, les espèces d’Eucalyptus et Melaleuca alternifolia sont les plus conseillées sans oublier cependant qu’elles puissent représenter des concurrents en éléments nutritifs.

Utilisation ciblée de pesticides naturels

Nombreux sont les insectes qui peuvent entraver le bon développement des plantes.

Heureusement, les connaissances empiriques des agriculteurs, horticulteurs et  jardiniers ont pu définir les moyens de lutte naturelle les plus pertinents.

Quelle plante contre quel insecte ?

Si les Alliacées ont été reconnues efficaces contre les insectes, elles sont aussi efficaces contre les nématodes, tout comme le Raifort.
Par ailleurs, la Tanaisie nous aide à éloigner les mouches et aleurodes et différents types d’insectes.

Dans un autre contexte, la menthe poivrée reste très efficace pour pallier l’envahissement des araignées.
En outre, la capucine, les anthémis, le basilic, l’aneth et la lavande semblent très efficaces pour éloigner les pucerons.

Si les moustiques ne sont pas forcément nocifs pour les plantes, elles le sont pour les humains.
Il n’y a de plus simple que les feuilles d’Eucalyptus, de basilic ou de menthe poivrée pour les éloigner afin de rester paisible aux vérandas et terrasses.

Les pesticides naturels préparés

En terre ou préparées, les espèces végétales ne cesseront jamais de nous surprendre par leur potentialité préventive.

En effet, diverses macérations s’utilisent efficacement comme insecticides notamment celles à base de feuilles de rhubarbe, de piments forts, de ciboulette et de feuilles fraiches de tabac.

Les fongicides naturels

Par ailleurs, certaines décoctions s’avèrent être des fongicides naturels plus qu’efficaces à l’exemple des racines d’ortie.
La décoction de la Bardane s’utilise en prévention du mildiou.
En outre, les feuilles séchées d’ortie sont des acaricides de renom.
Dans la foulée, le purin de sureau démontre une efficacité certaine contre les taupes et campagnols.

L’utilisation du purin de consoude contre les champignons et ravageurs

A titre préventif, le purin de consoude se rajoute au substrat avant toute mise en place de culture pour réduire le risque d’infestation aux champignons.
Pour une fertilisation naturelle du sol, il n’y a de plus efficace que le purin d’ortie qui nous éradique dans la foulée, les larves d’insectes et nématodes.

La lutte biologique en pratique

En résumé, la lutte biologique englobe divers procédés facilement accessibles à tout jardinier amateur.

Le recours aux pesticides naturels semble le plus connu néanmoins, la pratique la plus simple serait le choix d’une espèce variétale résistante et adaptée à la zone de culture.
En complément, les techniques de cultures en elles-mêmes constituent en elles seules des moyens de lutte efficace notamment la permaculture, la jachère, la rotation de culture ou encore les associations des cultures.

Par ailleurs, l’intégration de prédateurs, la culture de plantes-hôtes et l’installation d’abris spécifiques pour attirer les prédateurs sont aussi efficaces.

Accueil » Intérêt de la plante » Insecticide et Lutte biologique

Affichage de 1–12 sur 27 résultats

Sinapis alba – Moutarde blanche

3,9959,99
Graines de moutarde blanche, quantité au choix

Vitex agnus-castus – Gattilier

2,999,99
Graines de Gattilier, quantité au choix.