Articles botanique et jardinage, Base de connaissances, Guides de culture thématiques

Astéracées inattendues, des trésors que l’on ne soupçonne pas !

La complexité de l’inflorescence fait la richesse des Astéracées

Ces Astéracées inattendues sont bien connues des jardiniers, car elles égayent depuis longtemps les plates-bandes et massifs de nos villes.

Mais il est vrai que, parfois, la complexité de l’inflorescence peut faire douter de l’appartenance de la plante à la famille des Composées ou Astéracées.
C’est le cas par exemple des genres Achillea, Eupatorium, Liatris, Solidago, Petasites.

On retrouve cinq grandes catégories d’organisation florale chez les Astéracées :

  • En capitules comme chez l’Arnica ;
  • En épis chez les Liatris ;
  • Sous forme de grappe comme chez les Petasites ;
  • En ombelles chez les Achillées ;
  • En glomérule ou sphère chez le Craspedia globosa ou Baguette de tambour qui présente un ensemble de capitules réunis en boule parfaite.


Photo ci-dessus : Différentes formes des inflorescences rencontrées chez les astéracées.
En haut Arnica montana ; à droite: Achillée millefolium ; Craspedia globosa ; en bas Liatris spicata ; Petasites hybridus.

De nombreuses Astéracées sont cultivées comme plantes annuelles et utilisées en fleurs séchées comme le Craspedia globosa ou une autre Astéracée bien connue, l’immortelle (Helichrysum bracteatum).

Alors que la grande majorité des Astéracées sont des plantes héliophiles, qui aiment le soleil et la chaleur il existe, chez les Astéracées, des plantes plus adaptées à l’ombre et aux terrains frais voir humides.

Liatris spicata ou plume du Kansas

Le Liatris spicata est une plante vivace très graphique qui se caractérise par son étrange floraison en épis ressemblant à des plumes de couleur violette, rose ou plus rarement blanche.

Pourvues d’un feuillage linéaire vert franc, les hampes florales peuvent atteindre jusqu’à 1 m de haut.
Elles se balancent au gré du vent, agrémentant le jardin de couleur et de vie.

Cette plante qui attire tous les regards et les insectes butineurs, a de plus une floraison qui se prolonge de juin à septembre.

Origines et caractéristiques du Liatris

Dans la famille des Astéracées, le Liatris est un genre de plante à fleurs ornementales particulièrement étonnant. La plus commune dans nos jardins est certainement le Liatris spicata, aussi connue sous le nom poétique de « plume du Kansas » en référence aux prairies américaines dont elle est originaire.

Conditions de culture du Liatris spicata

Elle apprécie l’humidité et le soleil et a besoin d’un sol riche et humifère. Ses racines forment un rhizome tuberculeux épais qui assure la survie de la plante en hiver.

Vigoureuse, au bout d’environ trois ans, un seul pied de Liatris peut produire jusqu’à 20 tiges florales !
Cultivé en pot, pensez à ajouter un drainage et réduisez les arrosages en hiver, pour éviter de faire pourrir le rhizome.

Où placer la Plume du Kansas et comment l’associer ?

Placez-les au centre ou au fonds des massifs pour les variétés de plus de 150 cm.

Vous pouvez alors adoucir la raideur de son port en forme de cierge en plantant à ses pieds quelques pieds de Lobelia pendula blanc.

Très vite, son feuillage juponnant vert tendre et sa généreuse floraison en clochette immaculée se succédant de juin à octobre, habilleront élégamment le pied de votre massif ne laissant ainsi très peu de chance aux adventices.
Voilà une bonne solution pour éviter la corvée de désherbage !

Pour le plaisir des amateurs de tableaux, et rendre un véritable hommage aux peintres impressionnistes, accompagnez le Liatris de la belle floraison bleu de Prusse de la Salvia farinacea.

Elle a les mêmes exigences et demande également très peu d’entretien.

Et puisque les belles corolles jaunes citron de l’Onagre, Oenothera biennis s’ouvrent tous les soirs pour se refermer au matin, elles viendront harmonieusement compléter cette pure symphonie de bleu céleste chaque soir, embaumant l’air d’un parfum suave très agréable.

Associer le Liatris
De gauche à droite : Liatris spicata ; Lobelia pendula ; Salvia farinacea ; Oenothera biennis.

Petasites hybridus une astéracée inattendue pour l’ombre !

Cette Astéracée camoufle ses origines botaniques dans une double séduction pour nous autres faibles jardiniers.
En effet, le Petasites hybridus a le bon goût de fleurir à l’ombre et en hiver tout en étant vigoureux et délicieusement parfumé.
Bingo ! On l’adopte !

Ces larges feuilles en forme de chapeau sont semi-persistantes.
Elles s’étalent densément faisant de lui un couvre-sol, concurrent des hostas et beaucoup moins sensible à l’appétit des limaces. Il s’établit rapidement grâce à ses rhizomes traçants.

Cette charmante vivace des lieux frais et humides choisit l’hiver pour produire des inflorescences en épis rose porcelaine reconnaissables de loin à leur odeur sucrée de miel et de vanille.

Conseils de culture du Grand pétasite

Le Grand Pétasite se cultive à mi-ombre ou à l’ombre dans un sol fertile, profond, humifère, toujours humide sans être gorgé d’eau. Prévoir un pied tous les 50 cm.
Pour limiter et maîtriser son développement, qui peut devenir envahissant, faites un bêchage profond tout autour de la plante.

Avec quoi associer le Petasites ?

Même si le Pétasite se suffit à lui-même, avec son beau feuillage décoratif velouté vert clair, ajouter de la couleur à ce spectacle ne peut être qu’un plus.

Dans ce cas, n’hésitez pas et misez sur les jacinthes des bois, Hyacinthoides non scripta.
Leurs fières clochettes illumineront votre jardin dès le premier printemps.

Elles forment de belles grappes odorantes pouvant atteindre jusqu’à 40 cm de hauteur.
Dès le mois de février, le bleu cobalt des précieuses porcelaines de delft colorent boutons floraux et fleurs. Celles-ci peuvent parfois être d’un beau blanc immaculé.

Si vous préférez rendre jaloux tous vos amis, adoptez alors notre perle rare : l’Allium karataviense.

Allium karataviense ce magnifique et unique allium à grandes fleurs est un allium spécial qui ne mesure que 20 cm.
Mais au-dessus de ses longues feuilles bleu-gris en ruban se dressent au mois d’avril mai d’énormes boules étoilées aux couleurs moirées.
Ces très grandes fleurs spectaculaires sont rose pourpre avec des veines violettes.

Associer le Petasites
De gauche à droite : Petasites hybridus ; Allium karataviense ; Hyacinthoides non scripta.

Une astéracée inattendue pleine de « douceurs » pour le jardin d’hiver

Dans la grande famille des Astéracées, il existe une plante tropicale qui peut aisément être cultivée en pot : la Stevia rebaudiana.
La seule condition sera de la rentrer en hiver dans un local lumineux et tempéré, car elle ne résistera pas à une température inférieure à 10 degrés.

Stevia rebaudiana est connu pour son feuillage qui fournit un édulcorant naturel.
La récolte des feuilles s’effectue au fur et à mesure des besoins, toute l’année si la plante est à l’intérieur.
Petit arbuste ramifié de 60 cm de haut, son feuillage vernissé persistant d’un beau vert franc s’orne de nombreux jolis petits bouquets de fleurs blanches.
C’est un joli cadeau peu calorique pour jardinier curieux et gourmand.

Fleur de Stevia rebaudiana, Fleur de Stévie
Inflorescence de Stevia rebaudiana

Le Solidago ou Verge d’or une astéracée inattendue facile à apprivoiser au jardin

Conditions de culture du Solidago

La Verge d’or tolère un sol pauvre et vous n’aurez pas besoin d’amender la terre.
Au contraire, une terre trop riche peut favoriser une croissance trop vigoureuse. Dans ce cas, vos plantes auront tendance à se coucher sous la moindre averse.

Si vos étés sont chauds et secs, elle appréciera un arrosage régulier.

Le Solidago fleurit en juillet-août.
Rabattez la plante après floraison et avant les premières gelées pour qu’elle reparte sur des bases propres au printemps suivant.

Comment associer la Verge d’or ?

Rustique et gracieux à la fois, le Solidago illuminera un large massif structuré et élégant fait de :

Associer le Solidago à la Cérinthe pourpre

Cette variété de Cerinthe aussi rare qu’originale possède un étonnant feuillage graphique et touffu proche de celui d’une euphorbe à placer en avant du massif.
Il se couvre de grappes de fleurs violettes pendantes très élégantes.

Associer le Solidago au Melaleuca

Vous soulignerez le vert chartreuse du Solidago en l’associant au Melaleuca squamea..
Cet arbuste à port dressé, mesurant 3 m de haut au maximum possède un beau feuillage persistant, bleu acier au reflet métallique.

La floraison du Cajeputier squameux annonce le printemps.
Elle s’ouvre en février en petites fleurs rose-mauve aux longues étamines, réunies en écouvillons comme chez les callistemons.
Le Melaleuca squameux tolère les terrains humides, voire parfois bourbeux, mais appréciera tout de même un bon drainage.

Comme la verge d’or, il est à réserver aux grands jardins.
L’ensemble créera toutefois un efficace et élégant brise-vue pour prolonger l’intimité de vos soirées estivales sur une terrasse.

Si vous êtes dans une région plus froide (il résistera jusqu’à -7°C), vous pourrez l’installer dans un bac que vous enterrerez dans votre massif.
Dans ces conditions, il donnera tout de lui et vous pourrez alors en profiter pleinement.
Si vous vivez en Bretagne, ne vous en privez pas ! Il supporte, le sable, le sel, les embruns et même la pollution.

Associer le Solidago aux graminées

Vous pourrez adoucir ce massif en y incluant une graminée.
Pour un effet camaïeu, choisissez le Panicum virgatum ‘Heavy metal’ ! Ce Panicum porte ce nom pour la couleur bleu métallique de son feuillage.

Son feuillage forme une touffe compacte et droite de fines feuilles gris bleuté.
Elles prendront de magnifiques teintes jaunes à l’automne pour soutenir les grappes fleuries jaune d’or du Solidago.

Associer le Solidago avec d'autres plantes
De gauche à droite : Solidago canadensis ; Cerinthe major purpurascens ; Panicum virgatum ‘Heavy Metal’
En bas : Melaleuca squamea.

On va plus loin ?

Faciles à cultiver, les Astéracées même les plus insolites, nous gâtent de leur floraison exceptionnelle et mellifère, quelle que soit la saison dans l’année.
Idéales sous le climat océanique de la frange atlantique, elles savent s’adapter aux conditions climatiques plus difficiles du centre et de l’Est de la France.

Découvrez les plantes pour la zone USDA 6 ainsi que de nombreuses plantes compagnes à cultiver aussi bien en massif qu’en pot.

Laisser un commentaire